Nouveauté

Union Pour Louveciennes - Liste d'union de la droite et du centre

Une équipe, une éthique, un projet

mardi 8 janvier 2019

Conseil municipal du 11 décembre 2018 à Louveciennes

Compte-rendu du Conseil Municipal du 11 décembre 2018 à Louveciennes


Les principaux points abordés au cours de ce Conseil ont été les suivants :

Décisions modificatives du budget 2018


Les principales modifications concernaient une reprise de provisions pour un montant de 288 500 euros suite à une injonction de la préfecture et du trésor public.

En effet la méthode adoptée lors de l’établissement du budget 2018 a été qualifiée d’« incorrecte » car les provisions doivent être évaluées à hauteur du risque encouru sous peine d’affecter la sincérité du budget en pesant inutilement sur le résultat.

Stéphane Pihier a d’ailleurs rappelé que nous avions contesté cette démarche et en particulier la constitution de provisions pour dépenses imprévues de près d’ 1 million d’euros, ainsi que le provisionnement des contentieux à hauteur des sommes demandées par les plaignants (plus de 1 million d’euros pour un certificat de conformité délivré trop tard par exemple).

Tout ceci afin de justifier cette augmentation inutile de nos impôts de 12%.

Périmètre de la communauté d’agglomération


Le tribunal administratif a annulé l’arrêté portant sur la fusion des communautés « Saint germain seine et forêts » et « boucle de la seine ». Le préfet a soumis aux communes concernées un nouveau projet d’arrêté. Celles-ci doivent à nouveau se prononcer sur cette fusion par un vote des différents conseils municipaux.

Nous n’avons pas voulu prendre part au vote car nous avons considéré que l’information du Conseil Municipal était particulièrement déficiente. En effet nous manquons totalement d’informations sur le fonctionnement de cette communauté depuis sa création. La commission municipale « intercommunalité » ne s’est jamais réunie et le rapport annuel d’activités de cette Communauté d’Agglomération ne nous a jamais été fourni, ni présenté en Conseil.

Pour le Rapport d’Activité, monsieur Viard va « vérifier s’il existe » alors qu’il s’agit d’une obligation légale et pour la Commission « intercommunalité », monsieur Viard ne l’a jamais réunie « pour nous soulager le travail ».

Charte relative à l’attribution de compensation


En transférant à l’intercommunalité des compétences initialement relevant des communes, celles-ci transfèrent les charges et les recettes liées à ces compétences. Ces transferts peuvent pénaliser certaines communes et en avantager d’autres. Afin de rétablir un équilibre, il a lieu d’établir une charte qui définit les règles de compensation.

La charte qui nous est proposée ne remet pas en cause le pacte fiscal de solidarité de certains et nous oblige à assumer les dettes inconsidérées ou mal adossées de certains syndicats intercommunaux alors que la commune de Louveciennes a consacré beaucoup d’efforts depuis plusieurs années pour se désendetter.

Nous nous sommes donc abstenus lors du vote de cette charte.

Armement de la police


Le maire propose d’armer la police municipale considérant que les gilets de protection, les bombes incapacitantes, les bâtons de défense ne suffisent plus à notre police de Louveciennes.

Nous nous sommes également abstenus lors du vote de cette délibération considérant qu’aucune évaluation n’a apporté de preuve d’insuffisance des moyens déjà mis à la disposition des policiers. En effet la vocation de notre police municipale est d’assurer un service de protection générale des personnes et des biens et de n’intervenir en cas de risques avérés qu’en complément de la Police Nationale.

Cette disposition extrême et dangereuse sert plutôt à faire oublier une promesse électorale d’augmenter le nombre de policiers municipaux qui étaient déjà de 6 agents et qui aujourd’hui sont réduits à 2 policiers et 2 ASVP (Agent de Surveillance de la Voie Publique, assurant principalement la sortie de certaines écoles et la mise de contravention pour défaut de stationnement).

Marché relatif à la Restauration


Ce marché arrive à son terme en 2019. Il concerne à la fois la ville de Louveciennes pour le personnel , le CCAS, et les trois écoles publiques ainsi que l’école Jeanne d’Arc. Il fait donc l’objet d’un groupement de commande régit par une convention fixant les modalités de fonctionnement. La ville est chargée de la rédaction du cahier des charges et de la sélection des candidats.

Compte tenu du caractère sensible des dispositions concernant l’alimentation et l’attention à porter à la présence de perturbateurs endocriniens en cas de réchauffage dans des récipients en plastique, Dominique Demai a demandé si le principe de liaison chaude avait été bien pris en compte et a souhaité que les élus soient associés à la rédaction de ce cahier des charges.

Monsieur Viard semblant irrité par cette proposition, lui a répondu « on est en cours de rédaction, on sera particulièrement attentif à ce qu’il n’y ait pas de risque pour les enfants, on est en train de finaliser la rédaction, et vous serez informé de la décision qui sera prise, Voilà ».

Sivom des coteaux de seine


Le SIVOM des coteaux de Seine a pour vocation la promotion de l’impressionnisme, des études d’urbanisme, des travaux d’aménagement et d’entretien de voirie.

Les communes du Pecq et de Mareil-Marly ont fait part de leur volonté de se retirer de ce syndicat. Les Conseil municipaux des villes adhérentes ont à se prononcer sur ces demandes de retrait.

Trois communes (Croissy, Carrière, et partiellement Marly) ont déjà quitté ce SIVOM. Les frais fixes de fonctionnement de ce syndicat qui a l‘origine était supportés par les 11 communes adhérentes vont être à repartir entre les communes restantes dont Louveciennes.

Le maire n’ayant pu nous donner aucune information sur les incidences financières de ces départs, nous nous sommes abstenus lors du vote de cette délibération.

Questions diverses.


Pierre Jean Da Cruz, qui suit avec attention la qualité de la restauration scolaire , avait lors du Conseil Municipal du 18 octobre demandé à monsieur Viard d’avoir connaissance des trois derniers rapports du contrôle sanitaire de la cuisine centrale et des cuisines satellites. N’ayant rien reçu depuis cette date, cette demande a donc été renouvelée.

Réponse de monsieur Viard : « on va regarder ».

Conseil municipal du 18 octobre 2018 à Louveciennes

Compte-rendu du Conseil Municipal du 18 octobre 2018 à Louveciennes


Les principaux points abordés au cours de ce Conseil ont été les suivants :

Affectation des amortissements et provisions pour risques


La comptabilisation des provisions se fait normalement en inscrivant celles-ci en dépenses de fonctionnement. Toutefois les collectivités territoriales peuvent opter pour une autre méthode de comptabilisation par laquelle les provisions font l’objet d’écritures à la fois en section de fonctionnement et d’investissement. C'est cette option qui avait été retenue en avril 2014 par le conseil municipal.

Le maire propose de revenir sur sa décision d'alors et de reprendre la méthode de comptabilisation utilisée avant 2014.

Stéphane Pihier a précisé que nous voterions cette délibération de bon sens car la méthode retenue en 2014 conduisait à gonfler artificiellement les recettes d’investissement au regard de la taille de la commune.

Néanmoins, nous avons une nouvelle fois exprimé notre désaccord avec la politique conduite par la municipalité consistant à ne pas différencier les types de risques et à les provisionner indifféremment à hauteur de 100% des sommes en jeu et pire encore des sommes demandées par les requérants.

Cette façon de faire conduit à masquer comptablement des excédents de trésorerie totalement injustifiables par ailleurs. Elle montre là encore l’inutilité de l’augmentation des taux d’imposition de 12% qui pèse sur les Louveciennois depuis 2016.

Reddition des comptes de la SAEMHL


Avec la baisse de ses recettes en 2017, la situation de la Société Anonyme d’Economie Mixte d’Habitation dont la Commune est le principal actionnaire est préoccupante pour la suite. En tant qu’administrateur, Philippe Chrétien a demandé en juin dernier au maire, qui est en même temps Président de cette Société, le budget prévisionnel 2018. Ce budget ne lui a toujours pas été fourni, alors que monsieur Viard s’était engagé à le faire comme cela a été mentionné dans le PV de la dernière Assemblée Générale. Nous arrivons fin 2018 et nous n’avons toujours rien.

En fait, comme pour la commune, la démarche est purement comptable, sans gestion ni anticipation des crises. En l’occurrence puisque cette Société a une vocation essentiellement économique, c’est l’avenir de nos commerces de proximité qui est en cause.

L’inaction sur la SAEMHL, les modifications de circulation impactant les commerces, l’union des commerçants qui a disparu et la commission commerce et développement économique qui est aux abonnés absents, tout cela laisse à penser que ce sujet n’intéresse pas le maire, qui est en même temps vice-président de la communauté de St germain boucle de seine en charge du développement économique.

Questions diverses


  • Marche de restauration collective


Lors du conseil municipal du 9 juillet 2018, Pierre Jean Da Cruz a demandé à connaitre le coût de l'étude réalisé par le cabinet Cantinéo et a souhaité avoir communication de cette étude.

A travers les documents de préparation à ce conseil municipal il a enfin pris connaissance du coût particulièrement important de la prestation de Cantinéo, à savoir 25 000 €.

Toutefois il n’a toujours pas reçu l'étude et il a réitéré sa demande de transmission.

Par ailleurs, il a été informé, que pour maintenir notre cuisine centrale en liaison chaude, de forts investissements de remises aux normes de la cuisine centrale seraient nécessaires. Ceci est d'autant plus surprenant que des investissements conséquents ont déjà été réalisés en 2009/2010. Pierre Jean Da Cruz demande donc les éléments argumentant les nouveaux investissements ainsi que leurs montants détaillés.

Il demande également la communication des 3 derniers contrôles sanitaires de la cuisine centrale de Louveciennes ainsi que des cuisines satellites.

A cette intervention monsieur Viard répond qu’on est dans le domaine de la concertation « et qu’à l’époque on ne concertait pas autant ». Il conclue en affirmant que ce sujet « fera l’objet d’une attention particulière pour que ce qui est fourni aux enfants et aux séniors soit de qualité »

  • Les feux tricolores


Lors du précédent conseil municipal Pierre jean Da Cruz a évoqué d'une part le feu tricolore des Plains Champs qui n'était toujours pas en service et d'autre part la problématique des temporisations des feux tricolores aux sorties de la ville, notamment au niveau des feux permettant l'accès à la N186.

Le feu tricolore des Plains Champs a été depuis mis en service ce qui permet enfin de sécuriser ce croisement.

Hélas les temporisations des feux tricolores aux sorties de la ville n'ont toujours pas été revues. Hors aux heures de pointe des bouchons de plus en plus grands se forment et mettent de plus en plus de temps à se dissiper. Il n’est pas acceptable que nos concitoyens continuent à voir leurs conditions de circulation se dégrader à ce point.

Certains feux sont gérés par la DIRIF et le conseil départemental, ces organismes ont cependant des collaborateurs qui sont prêt à discuter s'ils sont sollicités. Pierre Jean Da Cruz demande au Maire où il en est sur ce sujet qui préoccupe de nombreux louveciennois et quelles sont les actions il a menées depuis le dernier Conseil Municipal.

Monsieur Viard répond tout d’abord qu’il intervient régulièrement auprès des autorités administratives puis évoque la pression de l’Etat en matière de nouvelle construction et la « brutalité de la loi SRU ».

Pierre jean Da Cruz fait toutefois remarquer qu’il s’agit d’un autre débat. Ce qui entraine une réaction énervée de la part de monsieur Viard qui rappelle « qu’il a droit de s’exprimer, qu’il est président de séance et que c’est lui qui décide des sujets à évoquer » .

  • Pause café


Le café de la gare " la pause café ", dont la mairie est propriétaire, va cesser son activité à la fin du mois d’octobre. Pierre Jean Da Cruz demande à monsieur Viard où il en est dans la recherche d’un successeur et exprime le regret de constater que le départ du gérant qui est prévu depuis plusieurs mois n’ait fait l’objet d’aucune anticipation.

Monsieur Viard répond que la procédure est en cours et qu’une commission d’appel d’offre doit se réunir le 7 novembre.

Cela n’empêchera pas une fermeture sur plus d’un mois de cette « Pause café » particulièrement utile là où elle est située.

lundi 24 décembre 2018

La crèche des Plains Champs, une belle réalisation

Le mois dernier, la nouvelle crèche des Plains Champs a été inaugurée par le Maire : cette crèche de 50 berceaux en mode multi-accueil appelée « les Pandas Roux » est gérée par la société « les Petits Chaperons Rouge » dans le cadre d’un contrat de délégation de service public.

Cette réalisation s’intègre dans le programme des « Plains Champs » qui prévoyait lors de la signature en 2011 la construction d’un bâtiment spécifique pour la crèche auquel les promoteurs VINCI et OGIS participaient à concurrence de 1,5 millions d’euros.

A peine élu, monsieur Viard a accepté en 2014 des mêmes promoteurs un allègement des conditions de réalisation du programme des Plains Champs.

Le bâtiment de la crèche a été supprimé et remplacé par un parking, réduisant de ce fait la participation des promoteurs au financement des équipements publics liés au projet de 1,5 millions d’euros.

Par contre la commune n’ayant plus les locaux pour installer la nouvelle crèche, s’est procuré les 700 m2 nécessaires dans un bâtiment situé sur la nouvelle place appelée place Lydie Aubernon, pour un prix de 1.512.000 euros.

La nouvelle crèche doit donner entière satisfaction aux parents qui utilisent ce nouveau service, ainsi qu’aux promoteurs qui ont été dispensés de contribuer à concurrence de 1,5 millions d’euros et qui en plus ont reçu de la commune 1 512 000 euros.

Il n’y a qu’un seul perdant c’est le contribuable Louveciennois !

En cette fin du mois de décembre, les élus de la liste « Union Pour Louveciennes » vous souhaitent un joyeux Noël et une très belle année 2019.



Cet article sera publié dans le Louveciennes Echos


jeudi 24 mai 2018

Conseil municipal du 17 mai 2018 à Louveciennes

Compte-rendu du Conseil Municipal du 17 mai 2018 à Louveciennes


Les principaux points abordés au cours de ce Conseil ont été les suivants :

Compte administratif de la commune


Les dépenses de fonctionnement ont été en 2017 de 15 955 762 euros et les recettes de 16 174 592 euros. Les dépenses d’investissement ont été de 4 144 843 euros et les recettes de 5 901 688 euros. Avec la reprise des excédents de l’année 2016, l’excédent total en 2017 s’élève à 5 092 150 euros.

Au vu de ces chiffres, Stéphane Pihier a signalé que des marges de manœuvre existaient bien sur le plan financier et que l’augmentation des taux d’imposition de 12 % en 2016 n’était pas justifiée, augmentation d’impôts faisant subir aux louveciennois un prélèvement fiscal supplémentaire et inutile de plus de 600 000 euros chaque année depuis cette date.

Nous avons voté contre ce compte administratif car nous ne pouvions cautionner cette gestion financière incohérente.

Bilan de la politique foncière


Conformément à la loi le bilan des acquisitions et cessions opérées par la commune doit donner lieu à une délibération du conseil municipal.

Deux opérations ont été inscrites sur le budget 2017 :

La vente des terrains de tennis rue de Voisins à la société Domnis pour un montant de 2,48 millions d’euros. La mairie avait négocié une promesse de vente avec la société ICADE en 2013 pour un montant de 3,8 millions d’euros mais le recours d’un riverain avait entrainé le désistement de cet acheteur et une nouvelle négociation a été menée par la majorité municipale actuelle.

L’acquisition dune parcelle de terrain rétrocédée au titre de l’alignement communal chemin de Prunay pour un montant de 1 euro, sujet sur lequel par contre monsieur Viard s’est beaucoup plus longuement étendu.

Dans le cadre de ce bilan de politique foncière, Pierre Jean Da Cruz a demandé que nous soit communiqué un tableau récapitulatif des logements sociaux actuels ainsi que le tableau prospectif sur la période triennale 2015-2017 ainsi que sur la période 2018-2020.

Majoration de la taxe d’aménagement


Depuis 2012 les différentes taxes d’urbanisme ont été remplacées par la taxe d’aménagement ayant pour objet de financer les travaux de voirie et les équipements publics accompagnant les constructions nouvelles.

Le conseil municipal à l’époque avait retenu le même taux que celui de l’ancienne taxe « Locale d’Equipement», c’est-à-dire 5%. L e maire propose au Conseil d’augmenter ce taux et de le fixé à 20%.

Stéphane Pihier a contesté cette multiplication par 4 du taux d’aménagement appliqué par la commune.

En effet cette augmentation abusive risque d’aller à l’encontre des intérêts de la commune. Les promoteurs comme les bailleurs sociaux ne manqueront pas de minorer leur offre financière lors des ventes de terrains pour les opérations de logements. Quand aux constructions de bureaux et commerces, ce taux élevé nuira à l’attractivité de la commune et pénalisera le développement économique et la création d’emploi sur notre territoire.

Face à cette augmentation dont l’intérêt n’est pas évident, nous nous sommes abstenus.

Décisions du maire


André Vanhollebeke en apprenant qu’au mois de février le maire avait signé un contrat relatif à la réhabilitation du bassin de l’Etang Sec pour la somme de 21 240 euros alors qu’un questionnaire afin de connaitre les attentes des louveciennois sur l’aménagement de ce site avait été distribué par la mairie en avril, soit 2 mois plus tard, a fait le constat suivant :

Ou bien, tout avait déjà été décidé avant la distribution du questionnaire et nous étions devant une grossière opération de communication

Ou bien, une dépense de 21 240 euros avait été engagée sans savoir ce que l’on voulait faire.

Questions diverses


Stéphane Pihier a rappelé à monsieur Viard qu’au précédent Conseil, il l’avait interrogé sur la nécessité de réunir la commission intercommunalité (la dernière commission remontant à plus de 18 mois) pour informer les élus municipaux du fonctionnement de cette communauté d’agglomération et des orientations en cours. La réponse qui lui avait été donnée était que l’intercommunalité fonctionnait bien et qu’il n’y avait pas de motif particulier justifiant une réunion.

Or le 24 avril dernier monsieur Viard a transmis par mail aux élus sans plus de commentaire le jugement rendu par le tribunal administratif de Versailles décidant l’annulation des arrêtés préfectoraux de fusion des trois communautés préexistantes (Boucle de Seine, Saint Germain et Maisons Mesnils).

Ce jugement qui fait suite au recours de plusieurs communes de la communauté d’agglomération, recours dont monsieur Viard n’a jamais informé les élus, est lourd de conséquence puisqu’il donne aux communes un délai d’un an pour revoir le périmètre de l’intercommunalité faute de quoi l’ensemble des actes de l’intercommunalité serait annulé (en particulier toutes les compétences transférées et les décisions fiscales qui s’y rapportent).

Stéphane pihier a critiqué l’absence de communication et surtout de concertation, les élus ne connaissant même pas la position qu’avait pris la commune dans cette affaire qui remonte à 2016.

Monsieur Viard a répondu que cette question tombait bien car il avait « en toute transparence » justement l’intention de nous en parler !

mercredi 18 avril 2018

Conseil municipal du 28 mars 2018 à Louveciennes

Compte-rendu du Conseil Municipal du 28 mars 2018 à Louveciennes


Les principaux points abordés au cours de ce Conseil ont été les suivants :


Provisions pour risques


Trois délibérations concernaient ce thème, ce qu’a contesté Philippe Chrétien rappelant qu’il ne devrait y avoir qu’une délibération d’ajustement annuel de ces provisions.

Il a d’autre part critiqué l'absence d’évaluation de ces risques, le montant retenu étant la somme des montants réclamés par la partie adverse nominativement citée, souvent aberrants comme le million d'euros réclamé pour un certificat de conformité tardif. Procéder à ce découpage et affecter à chacun la somme qu'il réclame revient à reconnaitre par avance que pour chaque contentieux la commune sera condamnée au maximum, ce qui est irréaliste et constitue surtout une erreur stratégique pour défendre les intérêts des Louveciennois.

Ce choix ne peut s’expliquer que par la volonté de dissimuler des excédents qui prouvent que l’importante augmentation des taux d’imposition votée en 2016 n’était pas justifiée.

Vote du budget de la commune


La séance du conseil municipal votant le budget communal est l’une des plus importantes de l’année. Nous avons été particulièrement étonnés de constater que le taux d’absentéisme de la liste de monsieur Viard était de 43% (10 élus absents sur 23). Sans la présence des élus d’opposition, tous présents, le conseil municipal n’aurait pu se tenir par manque de quorum. Ce constat illustre la dégradation des débats qui devraient avoir lieu au sein du conseil et le mépris de la part du pouvoir exécutif des remarques et propositions faites par les conseillers municipaux.

Stéphane Pihier a confirmé cet état de fait en faisant remarquer la baisse de qualité dans la présentation du Budget de cette année. En effet ce document ne donne plus que les prévisions de recettes et dépenses de l’année précédente à comparer aux prévisions de l’année en cours alors que nous avions auparavant les dépenses et recettes réellement réalisées, condition nécessaire pour permettre une analyse pertinente.

Stéphane Pihier a d’autre part, sans contester, dans les dépenses d’investissement, l’importance des travaux de rénovation et d’accessibilité dans les bâtiments communaux et les écoles ainsi que les réfections de voirie, regretté qu'une partie de ces dépenses n'aient pas été engagées plus tôt dans le mandat.

En effet, dépenser utilement suppose un travail conséquent des services en partenariat avec les élus, et l’importance de ce rattrapage fait douter des chances d'y parvenir. Le montant des restes à réaliser 2017 (1,8 million d'euros) reportés en 2018 est à cet égard édifiant.

Ce retard pris dans nos investissements est d’autant moins justifiable que la commune dispose depuis la vente des Plains Champs et des différentes cessions de terrain d’une abondante trésorerie (trésorerie dont monsieur Viard s’obstine à ne pas nous en communiquer le montant ainsi que l’évolution dans le temps).

Stéphane Pihier a également relevé que la reprise des résultats 2017 et des excédents cumulés au budget 2018 pour près de 6,8 millions d'euros (contre 4,8 millions en 2016) soit une augmentation de plus de 60% sur le seul budget de fonctionnement, montre que la commune est loin d'être exsangue.

A l'évidence l'augmentation des taux d'imposition de 12% intervenue en 2016 était inutile. Leur maintien en 2017 comme pour 2018 ne se justifie pas davantage.

Vote du budget d’assainissement


Philippe chrétien a rappelé que lors de la commission des finances, nous avions identifié une opportunité de remboursement anticipé sur la base des recettes exceptionnelles des Plains Champs.

On ne peut que constater que ce budget qui nous est présenté ne tient pas compte de cette proposition pertinente.

Questions diverses


- Stéphane Pihier a fait remarquer que la commission « intercommunalité » ne s’était pas réunie depuis longtemps. Monsieur Viard en réponse lui a dit qu’il était « tout a fait disposé à réunir les commissions encore faudrait il qu’il y ait du monde ». Réponse peu satisfaisante dans la mesure où le manque de monde est dû à l’absence de conseillers de sa propre liste.

- André Vanhollebeke a renouvelé la demande faite à plusieurs reprises d’avoir connaissance de l’état de la trésorerie de la commune. Monsieur Viard a, à nouveau, répondu de façon évasive, renvoyant cette communication en commission des finances pour ne pas alourdir les conseils municipaux !

La trésorerie pléthorique et inutilisée de la Commune gène en effet monsieur Viard dans sa communication de bonne gestion.

vendredi 23 mars 2018

Conseil municipal du 13 mars 2018 à Louveciennes

Compte-rendu du Conseil Municipal du 13 mars 2018 à Louveciennes


Les principaux points abordés au cours de ce Conseil ont été les suivants :

Installation d’un conseiller municipal


Suite à de nouvelles contraintes professionnelles, Thibault Adeline a souhaité mettre fin à son mandat. Catherine Dufay, suivante sur notre liste, n’envisage pas de lui succéder. C’est donc Pierre-Jean Da Cruz qui siègera aux prochains Conseil Municipaux.

Après s’être présenté au Conseil en rappelant les différents engagements qu’il a actuellement : Vice Président du comité de quartier Bois & Coteaux, Représentant élu de parent d'élève de l'école Doumer maternelle, membre du CLAP "Cercle Louveciennes Auto Passion" (voitures anciennes et d'exception) mais également à travers son engouement pour les danses latino-caribéennes, spécialiste de la salsa, Pierre Jean a précisé qu’il considérait comme un honneur d'être un élu de la république et qu’il s’engageait, à son modeste niveau, à œuvrer pour le bien commun et l'intérêt général.

Il a ensuite été élu dans les différentes commissions dans lesquelles Thibault nous représentait A savoir, les commissions Travaux, Culture, Jeunesse et sport, Accessibilité, et intercommunalité.

Rapport d’orientation Budgétaire de la commune



Philippe chrétien a tout d’abord contesté la qualité du Rapport d’Orientation Budgétaire qui nous a été remis cette année, signalant que contrairement à ce qui est demandé dans la loi de finances, il ne trouvait pas de traces d’une vision stratégique de la dette ou d’un tableau d’évolution des besoins de financement annuels.

Il a noté une volonté d’augmenter fortement les dépenses par rapport aux réalisés 2015, 16 et 17, en fonctionnement comme en investissement. Les écarts sont masqués par une comparaison douteuse entre le prévisionnel 2018 et le prévisionnel 2017, qui était faux car très loin du réalisé.

Cette augmentation traduit deux choses.

Le constat de l’inaction qui génère la nécessité de rattraper les retards pris dans l’entretien du patrimoine qui aurait dû être assuré régulièrement.

Le besoin de dépenser pour tenter de justifier l’importante augmentation de 12% des taux d’impôts locaux en 2016 que nous avions dénoncée.

Cette présentation du budget 2018, alors que nous sommes déjà en mars, traduit une impréparation notoire et l’importance de ce rattrapage nous fait douter de son succès, En effet, dépenser utilement suppose un gros travail des services en partenariat avec les élus alors que les actions retenues ne sont pas définies précisément.


Stéphane Pihier, en complément des remarques formulées par Philippe Chrétien, s’est étonné de constater que ce rapport d'orientation budgétaire n'évoque à aucun moment la situation actuelle de trésorerie de la commune ni son évolution pour les années à venir.

Le niveau de la trésorerie de la commune est pourtant un élément essentiel à prendre en compte dans la constitution des prévisions budgétaires.

Déjà autour de 6 millions d'euros (selon le chiffre qui nous a été communiqué il y a quelques mois), la trésorerie devrait croître de manière substantielle à la suite des différentes ventes de terrains liées aux opérations immobilières en cours sur la commune (tennis de Voisins en 2017, terrains Aqueduc et Gaudet en 2018).

Par ailleurs, et malgré la très forte diminution de la DGF ces dernières années, le budget de fonctionnement de la commune dégage un excédent conséquent tous les ans (1,9 millions en 2016 et probablement du même ordre en 2017).

Ces éléments sont en contradiction avec les propos alarmistes du maire et de son adjoint aux finances Pascal Hervier qui, en mars 2017, insistaient dramatiquement sur la situation financière de la commune et sur son autofinancement prétendument structurellement négatif.

Ces affirmations incorrectes auraient d'autant moins lieu d'être si profitant de la situation de trésorerie pléthorique de la commune le désendettement de la ville avait été accéléré.

Cette année encore l’augmentation de 12% intervenue en 2016, va peser inutilement sur les louveciennois à hauteur de plus de 600 000 €.

Rapport d’orientation budgétaire de l’assainissement


Nous approuvons le projet de remboursement de dettes qui est évoqué, d’autant plus que nous l’avons suggéré en commission des finances, mais Philippe Chrétien a regretté que cela ne soit pas inscrit dans la délibération ni dans le document. Ce budget fait apparaitre des recettes importantes en fonctionnement en 2018 et bientôt en 2019 du fait du projet des Plains Champs, sans que les dépenses associées n’apparaissent clairement.

Le bilan d’un tel projet comportant un Projet Urbain Partenarial est complexe et il est impératif de présenter la situation en recettes et dépenses du projet qui puisse être comparé avec les tableaux prévisionnels des années passées. Nous voterons pour le budget d’investissement mais nous vérifierons le compte-rendu sur cette volonté de remboursement anticipé.

Questions diverses


- Dominique Demai a demandé quand le feu tricolore des plains champs allait être opérationnel. Ce nouveau carrefour devient maintenant dangereux.


Monsieur Viard a répondu que « cette situation n’est pas acceptable », qu’il avait « interpellé plusieurs fois le Sous Préfet » à ce sujet et qu’il allait «à nouveau l’interpeller».

Monsieur Viard nous annonce souvent ce type de démarche. Précédemment il avait interpellé le président de la SNCF suite aux dysfonctionnements constatés sur la ligne qui nous relie à Saint Lazare. Le résultat n’est toujours pas convainquant !

- André Vanhollebeke est revenu sur une inexactitude prononcée par monsieur Viard lors de sa cérémonie des vœux.


Monsieur Viard avait annoncé que la ville de Louveciennes était sous la menace d’une mise sous tutelle lorsque il a « pris les manettes de la ville ».

La mise sous tutelle d’une commune est une disposition tout à fait exceptionnelle et grave. Elle fait suite une saisine de la Cour Régionale des Comptes par le Préfet lorsque celui-ci constate des irrégularités ou des anomalies dans le budget voté par un conseil municipal.

Il n’existait aucune menace ni aucun risque de mise sous tutelle de la commune lorsque monsieur Viard a été élu en 2014.

La seule fois où la commune a été en difficulté et où le Préfet s’est manifesté, c’était en 2001 lorsqu’André Vanhollebeke a succédé comme maire, à Pierre Lequiller. A l’époque il a été convoqué par le Préfet et celui-ci lui a signalé que ses services l’avaient alerté sur la situation de surendettement de la commune de Louveciennes.

La dette s’élevait alors à 18 millions d’euros, soit 2.450 euros par habitants alors que la moyenne des communes de même importance était inférieure à 700 euros par habitant.

Depuis cette date, suite à la renégociation de nos emprunts et au plan de remboursement mis en place, ce problème avait été résolu en 2014.

Monsieur Viard comme réponse s’est contenté de demander de « ne pas revenir sur le passé et de passer à autre chose » ….